Wow, again

2261526542.png

Je vous entends déjà rouspéter, vous qui êtes utilisateur d’Internet Explorer, et dire qu’il était temps et tout, parce que c’était juste pas possible de concevoir un site qui ne soit pas visible par tout le monde ! Trop la honte !

Certes.

Sauf que lorsqu’on n’est pas vraiment une developpeuse (sauf le dimanche), et bien… c’est un peu plus difficile que pour une personne dont c’est vraiment le métier, et vous savez quoi ? Depuis quelques jours je vis, respire, manger, sent, aime, rêve php, >, <, /, link rel, =, id, h1, UTF et cie (je vous jure j’ai rêver de code une nuit !). Vraiment. Je sais barely comment je m’appelle.

Vous inquiétez pas, des bugs il y en a encore, mais pitié, laissez-moi dormir un peu, ils seront vite rétablis ! Promis, je ne m’arrête pas en si bon chemin, je vais tout faire pour que ce site soit le plus agréable qu’il soit à visiter et à lire.

En attendant, et parce que je n’ai pas eu le temps, je vais vous expliquer ce que c’est WOW.

A ma manière. (Larmichette style !)

Wow est entré dans ma vie, par un mail de Domino le 30 décembre, un soir, alors que j’étais en train de mater la télé dans un hôtel breton, et de jouer avec mon nouvel iphone. (Je ne vous raconte pas que c’était aussi la première fois que je répondais à un mail en utilisant le clavier tactile : pas hyper évident tout de suite : je fus brêve !)

Terminer l’année avec cette esquisse de projet futur pour 2008 dans la tête était un énorme bonheur. Cette nuit-là j’ai d’ailleurs dormi comme un ange.

Aussitôt rentrée à Paris, j’ai appelé Domino. Non, en fait, comme je suis gourde, je me suis trompée de numéro et ai laissé un super long message à une inconnue, qui m’a envoyé un sms quelques heures plus tard pour m’annoncer qu’elle ne me connaissait pas. Oops.

Dès que j’ai eu Domino en ligne, on a convenu immédiatement d’un rendez-vous, à peine on s’est même dit bonjour, vite il fallait qu’on se voit.

Un samedi, avec d’abord Material Girl et Mzelle-Fraise. Et puis le cercle s’est agrandi. Et puis les mails se sont échangés. Je tairai, d’ailleurs, le nombre de messages qui ont fusé entre nos boîtes de réception respectives, vous en auriez la nausée à vie !

Et de pensées en idées en opinions, on en est arrivées là où vous savez.

Pendant ce temps, j’ai appris le code comme on apprend une nouvelle langue (des fois je me dis que j’ai peut-être des prédispositions certaines pour le japonais, qui sait ?), j’ai squatté des forums de geek à la recherche du code magique pour réaliser tel truc, j’ai bu du thé chez une fille extra, tandis qu’une autre apportait des macarons, et qu’encore une autre papotait avec sa voisine de droite… : les fameuses réunions tupperware Wow du samedi après-midi ! Et grâce à tout ça, j’ai un peu oublié mes petits soucis, mes contrariétés passées, mes colères, mes angoisses… et j’ai fait ce que j’ai pu, au-delà de mes compétences, même.

J’ai aussi reçu plein d’encouragements de la part de ces chouettes 9 autres filles qui constituent ce magazine, alors merci encore à vous les filles !

Et pour ceux qui passeraient là seulement maintenant, Wow c’est un magazine qui parle « culture et stilettos« , grâce aux talents, plumes, crayons et curseurs de souris de 10 bloggeuses (un peu de linkage ne fait pas de mal !) :

Mzelle-fraise (Mode / Le mode de Mzelle Fraise)Material Girl (Mode / Références Mode)Frieda (Mode / Vertiges de la Mode)Rosemary (Sortir, livres)Glam (Mode / Accessoires)Domino (Musique)Solenne (Jolis Mômes)Ava (Piaspias)Violette (Courrier des lecteurs)et moi !Et puisque vous l’avez adoré, et en attendant le prochain numéro, pourquoi ne pas nous soutenir un peu en installant une petite bannière sur votre blog, comme celle à droite !