The north circular


The North Circular est un peu le Golden Hook à la sauce british…

Une ligne d’accessoires tricotés par des mamies anglaises et créée par quatre filles dont une que vous connaissez bien amies modeuses…

On compte donc Katherine Poulton, Alice Shelby (une ancienne de la St Martin’s), Isobel Davies (déjà créatrice auparavant d’un label de vêtements bio) et… Lily Cole. Oui la top anglaise s’est associée à ces trois autres minettes pour créer The North Circular : écharpes, mitaines et autres cols doudou sont réalisés à la main par des grand-mères qui utilisent de la pure laine vierge issue d’une espèce rare de moutons de Wensleydale dans le nord Yorshire en Angleterre. Mêmes que les moutons (à dreadlocks) ils broutent de l’herbe organique, si si.

Autre point positif : 10 % des ventes sont reversés à une association, The Ethical Justice Foundation.

Je sais l’hiver est sur sa fin, mais ça me donne des idées pour le prochain tout ça, pas vous, amies tricoteuses ?

Pour plus d’infos (et des jolies photos) la boutique en ligne est ici.thenorthcircular_2thenorthcircular_4

Sherpa Blue

lulahoopscarf

3 soirs.

3 petits soirs.

C’est ce le temps qu’il m’a fallut pour venir à bout de 122 rangs (en vrai j’en ai fait dix de moins).
Aiguilles 15, fastoche.

J’avais jamais tricoté avec de laine aussi douce et d’aussi bonne qualité, la crazy sexy wool est juste une réussite.

Maintenant j’ai ma lula hoop scarf qui ne me quitte plus et qui réchauffe mon petit coeur cou. Vive l’hiver (et les cheveux électriques)

Lula Hoop Scarf – Sherpa Blue
Wool and the gang (pour ceux qui vivent sur une autre planète, lisez ici)

Moutarde et point inconnu

Cette photo est dans mes favoris flickr depuis l’hiver dernier.

3045417885_8182d677cb_o

J’adore sa couleur et surtout le point utilisé.

Mais je suis bien malheureuse, je n’arrive pas à retrouver celui que la demoiselle a employé. C’est pas faute d’avoir sorti L’encyclopédie féminine des ouvrages (un vieux livre tricot-couture-crochet… trouvé sur une brocante il y a des années mais qui me sert encore)

Et puis autant l’année dernière, elle vendait ses tricot sur Etsy (par flemme j’ai failli  craquer), autant cette année on y trouve que des bijoux.
Avis aux tricoteuses expertes, qui pourrait m’aider ?

Le gang de la wool

Ahahahaha !! Bon, c’est pas que je me mémèrise mais j’ai appris à tricoter en arrêtant de fumer, on m’avait dit, tu verras, tu seras tellement concentrée que tu ne penseras plus à allumer tes clopes ! C’était vrai ! J’étais une Speedy Gonzales du tricot. Euh simple le tricot hein : des écharpes ! J’en ai fait je ne sais combien, à tout le monde, pour Noël, les anniversaires etc… et puis après j’ai arrêté, comme toutes les bonnes choses qui ont une fin. Alors, j’ai, je ne sais combien d’écharpes commencées mais pas terminées. J’ai un ersatz du gros col Kookaï aussi commencé il y a des semaines, mais finalement j’ai pas eu la patience de le terminer, je l’ai acheté tout fait en vrai (shame !)
Heureusement, dans le numéro 20 de Wow Mzelle-Fraise nous a montré le superbe travail de Yocoo. Ça m’a redonné envie de continuer (un peu).
Et puis il y a Wool and the Gang ou la possibilité grâce à Lisa Sabrier et Carolyn Main (les fondatrices) de fashioniser un peu cette activité de grand-mère.
Pour les impatientes, on peut acheter les pièces déjà tricotées (non, non ne cédons pas, c’est trop cher en plus) et pour les plus courageuses, ça se vend en kit.

© Martin Bruno

Ce que j’aime surtout, ce sont les photos de Martin Bruno, allez sur son portfolio il y a des séries incroyables.

Wool and the gang
Qui propose d’ailleurs un peu d’aide ici en vidéos pour les novices.
Et bien sûr le blog.

(Z’avez vu, trois posts en une journée, c’est la fête hein ! C’est pour fêter mon absence et les joies des RTT !)

1 | 2 |