Déception

girlfriendexperience1

Je suis tombée en amour devant l’affiche du dernier Soderbergh, The Girl Friend Experience. Si j’avais vu l’affiche française, les choses auraient été assez différentes. Du coup, tête baissée j’ai foncé, j’ai été au ciné (j’adore aller au ciné à l’étranger pas vous ?)

Que dire ? Hum, vous verrez par vous même j’ai envie de vous rétorquer ! Non, sérieusement, c’est un film très esthétique, de bien jolies images de New York, de Soho, une belle photographie, mais que c’est creux ! Vraiment pas ma tasse de thé du tout. Aucun intérêt j’ajouterais même.

Et puis donc, il y a deux semaines (déjà deux semaines !) l’autre affiche qui me marquait quand je me baladais, c’était celle de Away we go. Le trailer passait aussi assez souvent à la télé, donc il était prévu qu’on aille le voir, tout comme Tetro, le dernier Coppola avec mon idole : Vincent Gallo.

Sauf que le temps nous a manqué, et que je suis plus que déçue d’avoir fait un sacré mauvais choix parce que ces deux films n’arriveront pas avant la fin de l’année en France… Limite je repartirais bien juste un week-end rien que pour aller au ciné si c’était possible…

Sunshine Cinema
143 E Houston St, New York

Histoires de cupcakes

Les cupcakes j’avais déjà essayé. Avec ma célèbre recette de carrot cake et un glaçage au Philadelphia, comme là-bas. Avec ces petits moules, c’était fastoche !

Et puis à New York, autant l’année dernière je ne m’étais pas trop attardée sur les sucreries et autres choses bien grasses, non voyez-vous on avait mangé limite plus sain qu’à Paris, à coup de Jamba juice et autre choses bien vitaminées et saines, mais cette fois-ci, j’ai eu envie de m’arrêter devant Magnolia Bakery (celui de Bleecker) et pas juste regarder comme l’année passée. Coup de bol, il n’y avait pas beaucoup de personnes à l’intérieur par rapport à ce que j’en ai lu par la suite. (Il parait qu’il y a la queue dehors, pas de ça quand j’y étais moi !)

Je ne vous ferai pas voir de photo, ma pellicule a foiré. Mais par contre, waouh !! Qu’est-ce que c’était bon : moelleux, sucré juste ce qu’il faut, pas écoeurant, limite j’étais déçue de n’en avoir pris qu’un.

Quelques jours après je suis retombée aussi sur le Cupcake Cafe, (dans la rue d’Adorama) et cette fois-ci aussi je n’ai pas fait que regarder. Mais déception. Les fleurs en déco sont certes d’une perfection incroyable, mais le glaçage est très différent de celui de chez Magnolia, plus gras et puis il m’a surtout semblé qu’il était bien plus petit pour un prix comparable si mes souvenirs sont bons… Et le gâteau, rien d’extraordinaire. (Il est indéniable que la déco assure grave ! Le jour où j’en serai là, ma carrière de pâtissière sera lancée)

De retour en France, j’avais encore ce goût de trop peu. Magnolia, Magnolia. Ça résonnait dans ma tête et mon palais.

En cinq minutes, j’avais le sésame : la recette de leurs cupcakes, gâteau et glaçage.

Armée de mes petites measuring cups, quelques tours de batteur plus tard, une ou deux gouttes de colorants (merci Caro !) par-ci et quelques pincées de paillettes par-là, mes cupcakes étaient devant moi ! Mon chéri m’a carrément dit que (et dieu sait que j’en fait quand même des gâteaux) c’était le meilleur des desserts que j’ai jamais réalisé.

A ce sujet, j’avoue, j’aime bien faire des pâtisseries mais rarement les manger. Mais là, c’est bien la première fois que je me suis jetée dessus comme une goinfre. Alors oui, évidemment ils ne sont pas autant à tomber qu’à la maison mère, mais la texture du gâteau, aussi simple qu’elle soit, est tendre, aérée, un peu humide, donc pas du tout sèche comme peut l’être un muffin par exemple car exemptée de croûte justement. Le glaçage est parfait, un peu sucré mais ça se rectifie facilement. Un régal.

Voilà je tiens THE recette. Et je crois que je vais en faire et refaire les semaines à venir.

cupcakes_magnolia_1

Magnolia Bakery
401 Bleecker Street, New York
1240 Ave of the Americas, New York
200 Columbus Ave, New York

Cupcake Cafe
18 W 18th Street, New York
545 9th Ave, New York

jetlagged pour de vrai

backtoparis

© Nanikaa

Ça y est, après deux semaines (où j’ai mis mes pieds à mal en les faisant marcher, marcher et encore marcher, les pauvres, ils souffrent !) me voici de retour. Je suis assez décalée en fin de compte, pas dormi de 2h à 5h la nuit dernière, réveil en début d’après-midi aujourd’hui… moi qui n’avais jamais eu trop de soucis avec le syndrome du jet lag, je prends un coup en pleine face cette fois-ci : je vieillis hein, c’est ça ?
Heureusement que la première partie de mon séjour était accompagnée de quelques rayons de soleil, parce qu’une fois à New York, au secours ! On se serait cru à Londres : de la pluie, un ciel bas et gris, de la brume et des matins un peu trop frais pour la frileuse que je suis — et qui surtout n’avait prévu que des micro-robes dans sa valise.
Je vous en dis plus au cours des jours suivant, mais là, il faut d’abord que je me remette dans le bain et vite !

Here comes the rain

niagaranyc

Après quelques jours très ensoleillés « back to memories » dans le nord de l’état et à la frontière canadienne, me voici à new york. Très belle journée hier, un succulent dîner dans mon Soba-ya chéri et juste une soirée les yeux ébahis sur la ville.

Ce matin, à mon réveil il faisait nuit : journée orageuse prévue. Me demande bien comment je vais occuper ma journée avec mon parapluie sous le bras… en attendant le concert de Santigold ce soir. Peut-être en allant au ciné voir ça ?