Mast Chocolate

Je vais vous faire une confession (#jeudiconfession pour ceux qui connaissent twitter) : je ne suis pas une fan du chocolat.
Un carré de temps en temps, mais pas le genre à me taper la tablette devant la télé. Je préfère la fraicheur des fruits (si si c’est vrai).

Pourtant quand il fait très froid, un petit chocolat chaud (ou mieux un Ovomaltine chaud je ne dis pas non.) D’où mon histoire aujourd’hui.

Un après-midi de mars à New York, alors que je lisais tranquillement à Bryant Park en profitant de quelques mini-rayons de soleil (froid et vent épouvantable. On est en mars) il a fallut que j’aille me réfugier au chaud et j’avais alors qu’une envie : boire un « hot cocoa ».

Premier spot trouvé non loin de la Public Library : le bar de l’hôtel Andaz. Très cosy. Baigné par la lumière. Déco très agréable. Grandes tables d’hôtes en bois. Grandes bibliothèques remplies de livres de cuisine. (Dont un de David Chang*).

On était tous là pour la même chose : se réchauffer. Cet endroit était juste parfait car calme et sans stress.

mast_chocolate

andaz_hotel

Et c’est comme ça que je suis tombée nez à nez avec ces jolies tablettes de chocolat. Mast Brothers Chocolate. Trop belles pour êtres mangées d’ailleurs. Je n’en ai pas achetées ce jour-là (car là où j’allais quelques jours plus tard il allait faire très chaud et elles n’auraient pas tenu la route les pauvres) et je ne rêve que d’une chose, réparer cette erreur au plus vite. Est-ce que la Grande Epicerie du Bon Marché les vend ? Ça vous dit quelque chose ? C’est purement une envie de déco mais j’aime vraiment beaucoup l’identité graphique de cette marque. En plus, ne nous voilons pas la face, il est sûrement très bon ce chocolat ! Je peux faire une entorse à mes goûts…

D’ailleurs, plus d’images de cette gamme de chocolat ici.

Et des photos par The Selby de leur usine à Brooklyn (qu’on peut même visiter).

Voilà, c’est tout, j’avais juste envie de partager cette découverte avec vous.

* j’ai d’ailleurs pu manger dans un des ses restos. Je vous raconterai, j’ai de nouvelles adresses new-yorkaises à partager qui compléteront celles-ci.

Merce and the Muse

Comme à chaque retour de fashion week new yorkaise que passe mon amie T, notre rituel pour éviter qu’elle plonge dans une grosse sieste, c’est d’aller bruncher à peine son avion atterri, juste le temps de déposer sa valise et on reste dans son quartier pour une après-midi gourmande.

Merci à InandOut-blog de m’avoir soufflé sur Twitter d’aller faire un tour chez Merce and the Muse. J’avais déjà lu un article dessus sans jamais m’y arrêter. Chose faite en ce dimanche super ensoleillé.

Alors c’est sûr que mon amie ne fut pas dépaysée, l’ambiance est authentiquement celle d’un coffee shop new yorkais (et on était surtout les seuls frenchies).

Pas de brunch, mais des petites choses préparées sur place très bonnes. Très convivial (mais assez petit du coup) : deux tables entourées de chaises et de canapés aux coussins moelleux pour déguster une assiette généreuse (11€) composée d’une part de tarte et de deux salades.
Citronnade et jus d’orange maison. Café latté et cappucino.
Et des desserts simples mais excellents : cookies, scones à la groseille, petit gâteau étonnant huile d’olive-romarin et surtout surtout surtout, celui sur lequel j’ai jeté mon dévolu (et que je rêve de recroquer très vite) : petit cake à la cardamome et glacé au sucre, un délice !

Et puis le petit truc en plus : ils ont installé un banc dans l’étroite rue Dupuis, il suffirait de fermer les yeux pour être dans le LES ou le Village. C’est là qu’on a terminé notre café en profitant du soleil pendant que notre voisin buvait son latté en pianotant sur son Mac… Comme là-bas quoi !

Merce and the Muse
1 bis rue Dupuis
75003 Paris

The exploding girl


theexplodinggirl

Vous avez déjà eu un coup de cœur pour une bande annonce de film ? C’est la première fois que ça m’arrive et j’espère ne pas être déçue quand le film sortira… s’il atteint la France (je dis ça en pensant avec regret à Adam qui est resté une semaine en salles, donc je l’ai raté, ou Gigantic, resté un peu plus longtemps mais raté aussi).

The Exploding girl, réalisé par Bradley Rust Gray, raconte la naissance d’une histoire d’amour entre deux étudiants pendant leurs vacances d’été dans un New York chaud et pesant. Un truc un peu guimauve certainement, le scénario déjà vu de l’amitié qui se transforme. Qu’importe. Et puis une épilepsie qu’Ivy arrive à tenir de côté si ses sentiments ne sont pas trop intenses.

L’héroïne, Zoe Kazan, n’est autre que la petite-fille du grand Elia (Kazan) et a reçu le prix de la meilleure actrice au dernier Tribeca Film Festival (et aperçue récemment dans Les vies privées de Pippa Lee — que j’ai adoooooooré.)

Et puis vient le problème de cette bande-annonce.

Car problème il y a. Le coup de cœur n’a pas été que visuel, pas que pour l’ambiance (New York, l’été, la légèreté, l’insouciance…), il y a cette chanson. Qui reste en tête et que je fredonne 16h sur 24 maintenant. Le genre de morceau que je me repasserais en boucle si je l’avais en ma possession.
Alors si je sais que toute la BO est de Mùm, impossible de mettre la main sur ce morceau.
Normal.
Si j’ai tout compris en errant sur des forums (dingue le nombre de gens qui cherchent la chanson), le morceau est « Hvernig á að særa vini sína », ou « how to hurt your friends », un titre aux balbutiements de Mùm, quand ils s’appelaient alors Andhéri. Uniquement disponible sur une compilation faite maison, en cassette bien sûr. Plus d’infos ici.

Alors, qui, parmi vous, fan de Mùm, possède ce petit bout de magie ?

(Ah oui, sortie du film aux USA au printemps, donc on dit que pour nous ça sera quoi, fin 2010-début 2011 ?)

theexplodinggirl_2

© Soandbrad

Comme là-bas

Le week-end dernier, j’avais envie d’un bon bagel pour terminer ma barquette sacrée de Philadephia, alors je me suis mise à en faire.
J’ai toujours pensé que c’était un exercice périlleux car je savais qu’on les cuisait dans l’eau. En fait, ils barbotent à peine une minute, et après, au four ! Rien d’insurmontable donc.

bagels_photo

J’ai mélangé deux recettes pour obtenir la mienne. Celle d’Auntie Jo et celle du blog de Cœur d’Artichaut. Comme il y a pas mal d’étapes, j’ai croqué vite fait ces dernières, et puis après je me suis dit que je pourrais les reprendre au propre et vous en faire profiter. Mon rêve serait de faire cela pour toutes mes petites recettes chéries… J’ai du pain sur la planche (et c’est le cas de le dire !)

bagel_recette

Au final, j’étais plutôt fière de leur allure et de leur goût qui m’ont rappelé quelques souvenirs américains.

1 | 2 | 3 | 4 | 13 |