Matcha cake

Ne cherchez plus de recettes de cake au matcha, celle-ci est la bonne !

Je pensais devoir en essayer plusieurs avant d’en trouver une qui me conviendrait (moi exigeante comme je suis), celle-là me ravit juste comme il faut : cake pas trop sucré, texture pas sèche du tout, pas de croûte trop dure et du matcha en quantité parfaite.

Pourquoi celle-là et pas une autre ? Car c’est une recette de la chef japonaise Kaori Endo* et avec un peu de chance je m’étais dit que ce cake serait identique à celui qu’on trouve chez Rose Bakery (on peut d’ailleurs la voir bosser là-bas parfois)… banco, c’est le même ! Je n’ai pas mis de framboises car je n’en avais pas sous la main, mais qu’importe : un délice !

Cette recette, je me répète est donc vraiment à garder précieusement…

…Enfin pour ceux qui aime le matcha (et l’odeur d’épinard qui s’en dégage selon les dires de certaines personnes, moi je ne suis pas d’accord, c’est bien plus subtil)…

Alors, do you like matcha or not ?

* ce livre est une pure merveille pour les fan de cuisine japonaise, même si j’avoue n’avoir rien cuisiné encore…

—– edit —–
(Je remets la recette, le lien ne semblant pas fonctionner à chaque fois)

Ingrédients : Cake au thé vert matcha
330 g sucre semoule
3 œufs
2 jaunes d’œufs
250 g farine
1/2 c. à c. de levure chimique
1/2 c. à c. de sel
30 g de thé vert matcha
175 g de crème fraîche
100 g de beurre doux
100 g de framboises.

Étapes : Cake au thé vert matcha
Préchauffez le four à 180 °C. Dans un saladier, mélangez la farine, la levure chimique, le sel et le thé vert matcha. Dans une petite casserole, faites fondre le beurre. Ajoutez la crème fraîche, mélangez avec un fouet, et retirez du feu. À l’aide d’un robot ménager ou d’un batteur électrique, battez les œufs entiers, les jaunes, et le sucre jusqu’à ce que le mélange soit blanc et épais. Avec une grande spatule, incorporez petit à petit les ingrédients secs. Puis, ajoutez le mélange crème fraîche/beurre. Si le résultat est très épais, n’hésitez pas à le réchauffer un peu. Versez ensuite la moitié de la pâte dans un moule à cake beurré. Répartissez la moitié des framboises dessus. Versez le restant du mélange dans le moule, puis la 2e partie des framboises. Avec un doigt, repoussez les framboises juste au-dessous de la surface du cake. Faites cuire le cake jusqu’à ce qu’il soit légèrement doré et qu’une lame de couteau ressorte sèche (environ 40 minutes).

Recette de la chef japonaise Kaori Endo pour Rose Bakery

Etoiles sucrées

sans-titre-5

Ça fait plusieurs Noël que je fais ces gâteaux appelés Zimtsterne originaires de l’Est (Alsace, Autriche, Allemagne…).
Après maintes essais, j’ai mixé différentes recettes pour frôler la perfection. Ne les laissez pas sous les yeux des gourmands, ils deviennent fous ! Et le goût ? Moi ça me fait terriblement penser aux calissons en plus parfumé.
Et on les mange avec quoi ? Avec tout ! Seuls, au petit-déj, thé, café… Moi c’est avec mon decaf-soy-latte que je les préfère. Comme cococerise, j’ai depuis quelques mois l’outil magique qui permet de faire une mousse comme dans les rêves. Je n’ai pas la même technique qu’elle (je fais d’abord chauffer mon lait de soja, quelques tours de magie plus tard, grâce au mousseur, une mousse légère apparaît, et seulement à ce moment-là je verse mon café dessus) mais le résultat est sûrement semblable.

Pour ceux qu’ils veulent essayer de confectionner ces petites étoiles sucrées, voici ma recette :

3 blancs d’œufs
250 g de sucre glace
extrait de vanille
350 g d’amandes en poudre
cannelle en poudre
jus de citron + zeste

Monter les œufs en neige bien ferme
Ajouter le sucre glace et la vanille
Mettre 1/4 de cette préparation de côté pour plus tard
Dans les 3/4 restant ajouter le zeste et le jus d’1/2 citron, les amandes et la cannelle (suivant les goûts, moi je suis du genre à en mettre 1 bonne cuillerée à soupe)
Former une boule et l’aplatir grossièrement avec les mains sur une feuille de papier sulfurisé
Mettre au frigo 30 minutes minimum
Étaler la pâte au rouleau (astuce : enroulez-le de papier sulfurisé) en gardant une épaisseur d’un bon centimètre
Utiliser vos plus beaux emporte-pièces et déposez vos étoiles (ronds, carrés, cœurs…) sur du papier sulfurisé
Badigeonnez-les de la préparation mise de côté précédemment
Laisser reposer une heure
Cuire 10 à 15 min à four tiède (150-180°C) suivant la puissance de votre four, surtout ne pas laisser dorer la meringue, le dessus doit rester blanc ou légèrement beige, les gâteaux eux restent tendres

sans-titre-11

Histoires de cupcakes

Les cupcakes j’avais déjà essayé. Avec ma célèbre recette de carrot cake et un glaçage au Philadelphia, comme là-bas. Avec ces petits moules, c’était fastoche !

Et puis à New York, autant l’année dernière je ne m’étais pas trop attardée sur les sucreries et autres choses bien grasses, non voyez-vous on avait mangé limite plus sain qu’à Paris, à coup de Jamba juice et autre choses bien vitaminées et saines, mais cette fois-ci, j’ai eu envie de m’arrêter devant Magnolia Bakery (celui de Bleecker) et pas juste regarder comme l’année passée. Coup de bol, il n’y avait pas beaucoup de personnes à l’intérieur par rapport à ce que j’en ai lu par la suite. (Il parait qu’il y a la queue dehors, pas de ça quand j’y étais moi !)

Je ne vous ferai pas voir de photo, ma pellicule a foiré. Mais par contre, waouh !! Qu’est-ce que c’était bon : moelleux, sucré juste ce qu’il faut, pas écoeurant, limite j’étais déçue de n’en avoir pris qu’un.

Quelques jours après je suis retombée aussi sur le Cupcake Cafe, (dans la rue d’Adorama) et cette fois-ci aussi je n’ai pas fait que regarder. Mais déception. Les fleurs en déco sont certes d’une perfection incroyable, mais le glaçage est très différent de celui de chez Magnolia, plus gras et puis il m’a surtout semblé qu’il était bien plus petit pour un prix comparable si mes souvenirs sont bons… Et le gâteau, rien d’extraordinaire. (Il est indéniable que la déco assure grave ! Le jour où j’en serai là, ma carrière de pâtissière sera lancée)

De retour en France, j’avais encore ce goût de trop peu. Magnolia, Magnolia. Ça résonnait dans ma tête et mon palais.

En cinq minutes, j’avais le sésame : la recette de leurs cupcakes, gâteau et glaçage.

Armée de mes petites measuring cups, quelques tours de batteur plus tard, une ou deux gouttes de colorants (merci Caro !) par-ci et quelques pincées de paillettes par-là, mes cupcakes étaient devant moi ! Mon chéri m’a carrément dit que (et dieu sait que j’en fait quand même des gâteaux) c’était le meilleur des desserts que j’ai jamais réalisé.

A ce sujet, j’avoue, j’aime bien faire des pâtisseries mais rarement les manger. Mais là, c’est bien la première fois que je me suis jetée dessus comme une goinfre. Alors oui, évidemment ils ne sont pas autant à tomber qu’à la maison mère, mais la texture du gâteau, aussi simple qu’elle soit, est tendre, aérée, un peu humide, donc pas du tout sèche comme peut l’être un muffin par exemple car exemptée de croûte justement. Le glaçage est parfait, un peu sucré mais ça se rectifie facilement. Un régal.

Voilà je tiens THE recette. Et je crois que je vais en faire et refaire les semaines à venir.

cupcakes_magnolia_1

Magnolia Bakery
401 Bleecker Street, New York
1240 Ave of the Americas, New York
200 Columbus Ave, New York

Cupcake Cafe
18 W 18th Street, New York
545 9th Ave, New York

Paulette

Le macaron s’exporte sur la côte ouest des Etats Unis… A Beverly Hill ou San Francisco, c’est sous le doux nom de Paulette que les macarons font des émules grâce à la French Touch que Christophe Michalak (la pâtissier looké) apporte dans ce projet. Moi, c’est surtout l’identité graphique de la marque que j’apprécie. (J’arrive pas à trouver le nom du designer derrière, si quelqu’un sait, je mourrai moins bête ce soir…)
paulette_macarons
Paulette Macarons Beverly Hills
9466 Charleville Boulevard at Beverly Drive
Beverly Hills, CA 90212

Paulette Macarons San Francisco
437 Hayes St, (Cross Street: Gough St)

Plus d’infos aussi ici.

1 | 2 |