Deux mois apres

J’ai très peu parlé de New York parce que les choses se sont enchaînées après rapidement et le temps le temps le temps et rien d’autre.
img_2035

nyjune22nyjune1
Le temps parlons-en justement. Mis à part un véritable temps de mars (pluie, vent, froid) en plein juin, toujours un vrai plaisir de retrouver des endroits chouchous comme le Noho Star, Rice (beaucoup moins bon que l’année dernière !), les succulents plats d’Inoteca, les burgers du Shake Shack, les festins nippons de Soba-Ya (définitivement mon resto japonais préféré, la nuit je rêve de leurs bouillons)…
Cette fois-ci comme on était basé dans le L.E.S. (lower east side), on circulait à pieds à pieds à pieds… et en taxi quand mes pieds criaient de fatigue. C’était vraiment notre quartier, on y avait nos habitudes. Comme celui d’aller chez Teany (90 Rivington St), pour y siroter un thé glacé, de passer chez Whole Foods pour grignoter quelque chose de sain, un tour chez Duane Reade pendant que les machines tournent au laundromat, un squattage intempestif devant Sugar Cafe (200 Allen st) pour relever les mails le matin…
Habitude aussi (je sais pas si les new-yorkais font souvent ça ou pas) de louer une voiture pour la journée et d’aller voir la mer. Paréo et maillots de bain dans le coffre au cas où. Un peu de Coney island parce que ça vaut le détour, et des sauts de puces plus loin, Rockaways dans le Queens, Long Beach encore plus loin, et finir par se perdre dans les allées pavillonnaires (à la Desperate Housewives) face à l’Océan.
Alors oui ces vacances étaient moins culturelles qu’elles auraient du l’être (vu juste la moyenne expo The Model as muse au Met et la superbe expo de Frank Lloyd Wright dont je suis une grande fan au Guggenheim of course (jusqu’au 23 août encore) : ce type était un Génie avec un grand G !) tout ça parce qu’on a flâné.
Flâné. Profité. Marché. Au gré de nos envies. L’énergie de la ville nous a transporté, on s’est laissés aller à ses rythmes (et à sa météo malheureusement), et vous savez quoi ?
C’était vachement bien.

jetlagged pour de vrai

backtoparis

© Nanikaa

Ça y est, après deux semaines (où j’ai mis mes pieds à mal en les faisant marcher, marcher et encore marcher, les pauvres, ils souffrent !) me voici de retour. Je suis assez décalée en fin de compte, pas dormi de 2h à 5h la nuit dernière, réveil en début d’après-midi aujourd’hui… moi qui n’avais jamais eu trop de soucis avec le syndrome du jet lag, je prends un coup en pleine face cette fois-ci : je vieillis hein, c’est ça ?
Heureusement que la première partie de mon séjour était accompagnée de quelques rayons de soleil, parce qu’une fois à New York, au secours ! On se serait cru à Londres : de la pluie, un ciel bas et gris, de la brume et des matins un peu trop frais pour la frileuse que je suis — et qui surtout n’avait prévu que des micro-robes dans sa valise.
Je vous en dis plus au cours des jours suivant, mais là, il faut d’abord que je me remette dans le bain et vite !

Here comes the rain

niagaranyc

Après quelques jours très ensoleillés « back to memories » dans le nord de l’état et à la frontière canadienne, me voici à new york. Très belle journée hier, un succulent dîner dans mon Soba-ya chéri et juste une soirée les yeux ébahis sur la ville.

Ce matin, à mon réveil il faisait nuit : journée orageuse prévue. Me demande bien comment je vais occuper ma journée avec mon parapluie sous le bras… en attendant le concert de Santigold ce soir. Peut-être en allant au ciné voir ça ?