Le traitement croisé ou l’art du « E6-C41″


Kesako?

Pour les accros au « digital camera« , passez votre chemin, cette note va vous ennuyer, sauf si vous êtes curieux, dans ce cas-là, bienvenue !Quand on fait de l’argentique, comme encore pas mal de gens finalement, et qu’on aime bien faire des expériences un peu rigolotes, on achète des films diapos, on fait son « traitement croisé », une fois, deux fois, et après on ne fait plus que ça, et on devient zinzin de ce procédé chimique.Cette magie se fait grâce aux chimies des pellicules.Les négatifs sont des « C41″, les diapositives des « E6″.Normalement, quand on fait du négatif, on le developpe dans son bain aproprié.Mais, « croiser » son film, veut tout simplement dire que le E6 (diapo ) va se faire développer dans le bain C41 (négatif). Et vice versa.Bref vrai mic mac.En fait, la dame qui fait ça super bien depuis plusieurs décennies, c’est Ellen Von Unwerth.A quoi le voit on ?Les couleurs sont « différentes », tout est plus contrasté, sublimé, magique.Les teintes obtenues dépendent de la marque des films : kodak, fuji etc…Le plus commun, est tout de même de prendre du diapo (E6) et de le passer en C41 (négatif). C’est d’ailleurs ce que je fais, ne me parler plus d’acheter des pellicules négatives !Mais ma première expérience du traitement croisé fut… inversée. Ainsi j’ai shooté avec une pellicule négative et ai demandé à la croiser en diapo….Le résultat était… comment dire… je ne m’attendais pas à ça, mais finalement, ce premier et unique essai dans ce sens, j’en suis contente.Depuis, je ne fais que ÇA, vraiment que ça. Mais dans le « bon » sens ! Je rêverai d’avoir une vision en « cross processing »…

Pour ces deux photos : C41-E6

Holgaroid

ul_808737_11328339875_l2.jpg

et ça c’est mon nouveau joujou

un dos polaroid rajouté à mon holga

et il en sort

un polaroid sur une face

et sur l’autre

au lieu de la jeter

hop

sur un bout de papier qui traine

et ça fait un joli

transfert