Kumiko is back

benkay1.jpg

© Nanikaa

Je cherchais bêtement sur google « riz japonais sauté ». La veille j’avais gargantuesquement déjeuné au Benkay, et à chaque fois que j’y vais (ce qui reste rare quand même je vous rassure) j’ai des envies de riz sauté : si vous avez déjà goûté celui de ce restaurant, vous comprenez donc pourquoi.
Alors, en prise avec mon ami google, je tombe sur Kumiko et je saute de joie.
Kumiko c’est une japonaise, un temps exilée à Paris. A présent dans son pays. Je l’avais découverte un jour grâce à Glam.
Suivre ses petites histoires, ses bentos, ses petits dessins de ses postures de yoga etc, ça faisait parti d’un de mes petits bonheurs quotidiens.
Et puis Kumiko est partie. De la blogosphère. Comme ça du jour au lendemain.
Et grâce à ce banal riz sauté, je remets la main sur son nouveau blog. Chouette.

Bon et sinon riz sauté se dit « yaki-meshi », j’en ai concocté un dimanche midi, de façon très approximative…

Cadeaux japonisants de derniere minute

product_29.jpgA l’occasion du 150e anniversaire des relations franco-japonaises, les boutiques du Palais des Congrès fêtent le Japon et c’est en ce moment (et jusqu’au 13 janvier). Je suis passée par hasard l’autre jour et j’ai découvert une animation sur la cérémonie du thé, c’est toujours très plaisant (et reposant) à regarder, et pas loin, je suis tombée sur un petit stand tenu par deux jeunes femmes très sympathiques avec qui j’ai discuté thé grillé et Uniqlo ! Elles vendent du thé japonais de la marque Jugetsudo, qui ouvrira une boutique prochainement à Saint-Germain des Près. Les boîtes sont hyper jolies, je vais d’ailleurs y retourner pour compléter mes cadeaux de noël, du coup j’ai envie de toutes les avoir aussi, ce qui ne serait pas un problème car le thé vert japonais : j’adore ! Sencha, Matcha, grillé… Alors si vous voulez en savoir plus sur toutes les différentes sortes de thé japonais et apprendre à le préparer (presque) dans les règles de l’art, faites un tour sur le site de Jugetsudo, c’est très bien expliqué et vous pouvez commander en ligne par la même occasion.

Et pour les filles qui habitent Tokyo et qui me lisent (je sais qu’il y en a au moins une depuis peu), elles peuvent aller faire un petit tour dans le premier salon de thé de la marque dans le quartier de Tsukiji, je vous mets l’adresse (Tsukiji Kyoeikai Bldg.1F, 4-7-5 Tsukiji Chuo-ku, Tokyo 104-0045)

Et sinon pour les autres, les fans du Japon qui restent à Paris, toujours au Palais des congrès, il y a plein d’autres idées pour vos petits cadeaux : lampes, bijoux, sacs, tissus, écharpes, estampes, kimono, bonzaï etc. J’ai pas eu le temps de tout regarder mais ça a l’air un peu moins « gadget » que l’expo de la rentrée du Bon Marché. A suivre donc.

Sept ans, ça se fête

c-75.jpg

 

Si tu aimes Cyril Lignac et ses lasagnes aux épinards ou alors Thierry Marx et sa célèbre cuisine moléculaire (message personnel : chéri, quand est-ce que tu m’emmènes à Pauillac ?) ou peu importe d’ailleurs, mais juste si tu aimes manger avec plaisir et pas avec contrainte et que tu ne te prends pas la tête alors même que tu viens de prendre 200 gr dans le mollet gauche juste en sniffant ce Saint-Honoré (et que tu peux plus enfiler ta botte en plus de ça), j’ai ce qu’il te faut ! La 7e édition du Fooding ! Déjà, moi, le Fooding, depuis leur début avec Nova (je crois même que j’ai encore le numéro collector, spécial pour l’occasion qui traîne quelque part at home), j’en fait une référence, ma référence ! Si je dois aller au resto, outre les adresses qu’ont m’a divinement conseillées, pour me lancer dans une nouveauté, hors de question d’aller taper « italien » dans les pages jaunes ! Je me rends sur le lefooding.com et je trouve mon affaire. Et je suis contente, ravie, séduite, et je me dis que c’est une jolie bible pour la gastronome novice que je suis ! Pas de chichis, que de bonnes choses, simples et savoureuses.
Par contre, là où je faiblis dans le concept du Fooding, c’est lors de leurs grands piques-niques et autres manifestations. Il n’y a rien à faire, ça tombe toujours au mauvais moment, j’ai jamais pu y aller, jamais.
Lors de ma visite bimensuelle sur le site, c’est-à-dire hier, j’ai vu que la semaine du Fooding… et bien c’était la semaine prochaine ! Du 26 novembre au 3 décembre. Et que vois-je d’autre ? Iris de Mouy est à l’affiche cette année, car c’est elle qui a dessiné l’affiche et tout le reste : bannières, pubs etc… pour l’occasion. Et comme d’hab, trop chou les dessins. Et si vous ne connaissez pas, son blog, incontournable, il est . (Et hop, on le rajoute à son netvibes)
Et cette semaine, il y a quoi alors ?

 

Une histoire de room service dans un hôtel groovy (!), toi au lit, un drap sur tes genoux, un plateau au dessus, un bon petit plat arrosé à de la San Pe, et Neneh Cherry, Laurence Touitou (la maman de monsieur APC) entre autres, pas loin qui t’ont mijoté l’assiette que tu dégustes ! Ça te plaît ? Moi oui !
Ah oui, si tu veux la clef de la chambre, il faut vite aller au 13 rue Auber (dans le IXe cher à Géraldine), c’est la Conciergerie Espressamente Illy. C’est à cet endroit aussi que tu gagneras des entrées pour fêter les 7 ans du Fooding.
Autres choses : tu vas chez des journalistes, oui oui chez eux et ils te font à manger dans leur cuisine (Ikéa). A Paris (chez Patrick Samot, je ne savais qui c’était avant de taper son nom et de voir dans Google qu’en plus d’être un pubard, il est aussi à la tête du ). A Marseille, chez Julia Sammut (une foodeuse branchée), à et Lyon aussi…
Au programme s’ajoutent des dégustations de vins (dans une roulotte), des cours de cuisines chez les Grands Chefs (avec un G et un C cap s’il vous plaît !) : Flora Mikula, Frédéric Anton… et puis une enquête mystérieuse autour d’un bar à cognac (mot de passe exigé)
Le tout, sponsorisé agréablement par Staub (mais si, les cocottes !), Ikea (évidemment), Illy (le café voyons, avec le logo rouge !), Moët et Chandon et tout et tout et tout !

 

Tu l’auras compris, cette histoire, ce programme, cette nouvelle édition du Fooding me botte grave. Le soucis : vais-je pouvoir y aller, y participer ?
Alors ça, c’est une toute autre histoire, mais toi, tu en seras ?

 

Et pour des infos un peu plus précises que ce billet bien bordélique (vous m’excusez ?), c’est ici.

 

irisdemouyjpg.png
ps : oui, aujourd’hui je te tutoie parce que la popotte tutoie bien, elle !

Sunday scones

Fini le soleil, il fait froid, ciel au ton gris-blanc.
Je me demande même si la neige ne va pas pointer son nez. Je me demande aussi comment je vais faire pour aller travailler demain, car marcher, je sais faire, allez, même pendant deux heures, je ne vais pas me plaindre, mais la météo s’annonce bien peu clémente pour les jours à venir : de la pluie, de la pluie et de la pluie ! (Et j’ai pas de bottes de circonstance !)

En attendant (en attendant quoi ? bah de me faire tremper demain), et à défaut d’avoir pu manger des pâtisseries aussi jolies qu’elles ont l’air appétissant (Anne-so, si tu passes par là, j’ai totalement oublié de confirmer, désolée, c’est quand la prochaine ?) avec des blogueuses sympas au Sweet’s, je me vais de ce pas m’envahir d’un peu de douceur (et laisser aussi cette délicieuse odeur embaumer mon appart) : je vais faire des scones car regarder les photos de ce goûter chez la Méchante m’a donné l’eau à la bouche.
Les scones, c’est ce que je fais de mieux en pâtisserie. Enfin, ils ne seront jamais aussi bons que ceux vendus chez Marks & Spencer dans mes lointains souvenirs, mais il faut se faire une raison, ce magasin ne reviendra plus jamais en France !Ma petite recette de scones (qui a beaucoup de succès et ultra rapide à réaliser) :

> 250 g de farine
> 40 g de sucre
> un sachet de sucre vanillé
> 50 g de beurre
> 1 jaune d’oeuf
> 150 ml de lait
> 30 g de raisins secs
> 1 pincée de sel
> 1 sachet de levure chimique
> un peu de cannelle

Etape 1 : dans un bol n°1 on mélange : farine + sucre + levure + sel
Etape 2 : on y rajoute le beurre bien mou et coupé en petits morceaux
Etape 3 : dans un bol n°2 on mélange : lait + jaune d’œuf.
Etape 4 : on intègre le bol n°2 au bol n°1, petit à petit.
Etape 5 : dans la pâte : petits raisins et pincée de cannelle (moi j’en mets plutôt une petite cuillerée, c’est suivant le goût de chacun)
Etape 6 : A l’aide de deux cuillères, formez des boulettes que vous mettez sur du papier sulfurisé (ou aluminium), au four (220°C) environ 15 minutes.
Dès que c’est légèrement doré, vous les sortez.

Et je les mange comment mes scones ?
Natures, tranchés et toastés avec du beurre, de la bonne confiture de mûres, du nutella
Mais surtout, accompagnés d’un très bon thé bien fumant.

J’adore les dimanches comme celui que je vais passer aujourd’hui, au chaud, avec mon amoureux, mon chat, un peu de css un bon livre, devant la cheminée le radiateur ! Bonne journée à tous !

Edit de 18:16 : Peut-être un vague espoir de revoir des Marks & Spencer dans l’hexagone ?
C’est ici.