Le billet qui parle de cupcakes parce que ça devient hyper méga trendy

Vraiment j’en avais marre, enfin surtout ma gourmandise, de voir des choses comme celles-là sur internet (et j’ai pas encore trouvé d’endroit où en déguster à Paris…) :

 

(Photos de Zalita)

(De gauche à droite et de haut en bas : photos de Phantomato, Vnina, Matthewhoulihan et Southca)

En plus, j’ai trouvé d’alléchantes recettes ici et ici, mais celle que je vais m’empresser de réaliser (parce que j’adore le carrot cake) sera celle de Sooishi.Mais pour cela, il me fallait un accessoire aussi joli que pratique :De très mignons petits moules individuels en silicone, très pinky, très girly donc faits pour moi et mes délires de pâtissière, trouvés chez Habitat.Du coup, pour aller jusqu’au bout de mon délire parce que je trouve ces petites choses bien mimi j’ai aussi sorti mon Holgaroid !Reste plus qu’à les remplir maintenant !En attendant, vu l’heure, je m’en vais rêver à des cupcakes de chez Humming Bird Bakery (à Londres of course)…Bonne nuit !

magical dessert !

Je suis une vraie gourmande, même si ma préférence va aux aliments salés.
Pour un dîner entre amis ou en amoureux, je vais élaborer avec attention le plat important, et pour ce qui est du dessert, comme j’ai déjà passée 2 heures (j’exagère à peine !) dans la cuisine, mais que j’aime faire plaisir quand je reçois, il me faut une recette rapide mais qui en jette ! Du coup, une fois sur trois, je fais ma pannacotta et je ne reçois que des compliments !
En général, je prépare ce dessert succulent le matin, car il doit bien refroidir car il se mange bien frais.
Pour cela, je prends une bouteille de crème fleurette, à laquelle j’ajoute un sachet de sucre vanillée, quelques zestes de citron vert, et deux à trois cuillerées de sucre en poudre. Le tout, dans une casserole et dès les premiers signes d’ébullition, stop, on retire du feu ! Normalement, la suite veut qu’on mette de la gélatine, mais je fais un gros blocage sur cet ingrédient (peut-être à cause de sa compostion qui est celle aussi de nos chers bonbecs… ?) alors je remplace pour toutes mes recettes, les feuilles de gélatines par de l’agar-agar, un gélifiant d’origine végétal car composé à base d’algues. D’ailleurs c’est aussi le titre du livre de la très talentueuse Clea, si vous ne la connaissez pas, courez sur son blog !
Revenons à ma recette magique, juste quand vous avez retiré la casserole du feu, au préalable, prenez un sachet d’agar-agar, (comme j’aime ma pannacotta plus crémeuse que gélifiée, je ne mets que vaguement les 2/3 du sachet mais ça dépend des goûts…) que vous mélangez avec peu de lait ou d’eau, et pouf, dans la casserole, vous mélangez bien, mais vraiment très bien et hop ! dans des petits ramequins (Attention à ne pas remplir jusqu’en haut…!) Perso, je me sers de vieux verres que je n’utilise plus à la place des ramequins, car par soucis du détail je préfère la transparence pour servir ce dessert !!
On met au frais plusieurs heures, et juste avant de servir on arrose d’un petit coulis de fruit rouge et de fruits frais au choix : fraises, framboises, myrtilles, groseilles…. Je sais que certaines personnes aime la pannacotta avec du chocolat chaud ou du caramel… Mais moi j’aime trop les fruits (et oui quitte à choisir, ma préférence va pour les fruits plutôt que du chocolat…) alors mon choix est vite fait.
En tout cas, à chaque fois que je sers ce dessert, on me demande si c’est moi qui l’ai fait ou si je l’ai acheté, alors je suis heureuse de répondre la vérité, ça permet de faire un peu ma fiérote ! (Et puis ça change de notre cher Picard…)

Et vous, c’est quoi le petit dessert qui fait baver vos proches ?

Je detox, tu detox, il ou elle detox

A l’âge de quatre ans, alors que les enfants se régalent devant leur bol matinal de Nesquik et de tartines beurrées, du thé et des biscuits type beurrés nantais constituaient mon petit-dej, et c’était ça ou rien. Pas la peine d’essayer de me faire avaler même une micro-goutte de lait pour cause de vomissement aigu (excusez les détails !) Alors voilà, ça commençait, j’étais chiante différente ! Partant de ces faits, ma vie tourna et tourne encore autour du thé. Je crois que j’en ai assez parlé là, et encore ici.Une journée sans décilitres de thé et c’est la cata. (A chacun son truc, je vous imagine déjà derrière votre écran, penser que vous, sans votre café du matin,vous ne démarrez pas !)Alors, vous voyez où je veux en venir ? Et oui, je vais encore vous parlez de thé, et mon dernier chouchou est le Detox de Kusmi Tea, un thé vert à base de maté et de citronnelle. Il a des vertus anti-oxydantes, purifiantes et diurétiques, et c’est bête, je sais, mais quand je bois ce thé j’ai l’impression qu’il me fait du bien qu’il purifie mon corps et élimine les méchantes toxines qui me font un teint tout gris, c’est complètement psychologique mais c’est comme ça !Chaud, on sent bien la citronnelle, (ça me donne envie de filer au Linvingstone dont j’avais oublié l’existence et au hasard de mes lectures web nocturnes, j’ai lu Babillages en parler, et d’ici peu je serai à leur table car j’ai de très bons souvenirs de ce très savoureux restaurant thaïlandais, un des meilleurs si ce n’est pas le meilleur de Paris (à mon avis). Tout ça pour dire qu’effectivement, la citronnelle* est vraiment une épice que j’aime, surtout dans les soupes thaïlandaises au lait de coco et au Galanga.) Mais je le préfère froid, c’est ma nouvelle boisson du moment, le mélange est plus subtil de cette sorte mais très désaltérant (et puis à part mon thé du matin, que je bois chaud, j’ai pas super envie de boire du thé bouillant toute la sainte journée, on est en été quoi ! )Alors le soir avant de me coucher, je mets ce thé dans une carafe ou dans une bouteille, remplie d’eau froide, je laisse infuser toute la nuit et le lendemain, je me régale de ce breuvage, mon breuvage de jouvance !Et vous vous buvez quoi en été, c’est quoi votre boisson adorée ?* Pour les zinzins comme moi de citronnelle, je ne saurais vous conseiller cette petite boîte magique de citronnelle séchée, à glisser dans les préparations de plats de poulet exotique ou autre nouilles chinoises, avec un peu de gingembre, du piment d’espelette, des petits légumes et de la coriandre, c’est parfait ! Bon appétit !(Lemongrass de Blue Elephant, en vente à la Grande épicerie de Paris.)

Hum le Nutella !

Il faut que je vous avoue quelque chose : j’adore le Nutella mais je n’en mange pas, je ne craque que quand je suis en vacances, le Nutella a alors le droit de rencontrer sa copine la brioche vendéenne. Sinon le reste de l’année je lutte pour que cette pâte à tartiner ne force pas ma porte blindée ! Non et non ! C’est dur mais j’y arrive.

Et puis la semaine dernière, dans le ELLE spécial « recettes de stars », mes yeux frôlent la recette d’Amelie Mauresmo et ses cakes au Nutella (depuis quand les sportives mangent des choses aussi … grasses ?), mais je résiste avec fierté.

Et là le problème arrive : mon homme (qui lit Elle, comme beaucoup de mecs je pense…), lui, a ABSOLUMENT voulu tester ces petits trucs (j’avoue la photo était appétissante).
Dimanche matin, alors que je dormais, le cuisinier a œuvré. Et c’est la délicate odeur sucrée et chocolatée qui m’a réveillée… Oui, oui, l’odeur des cakes au Nutella passe sous les portes, deux portes fermées pour être précise…
Dans l’après-midi pluvieux, on les a goûté avec des amis passés prendre le thé. Un délice, un pure délice. Plus vulgairement > une tuerie de la mort ! Par contre un délice qui s’accompagne d’une surprise.
« Tu as mis combien de beurre ? »
« 250G »
« Et les œufs ? »
« 6 »
Ah d’accord ! No comment. J’ai savouré ma dernière bouchée en faisant des gloups gloups. Après tout ça, j’ai vraiment du mal à croire qu’Amelie Mauresmo a le droit de même « penser » à ces cakes ! C’est du 6000 calories l’unique pensée je crois !
En résumé, testez la recette, au moins une fois, ça vaut le coup, vous pouvez même réduire les quantités par deux, car celles du ELLE sont pour… 15 filles ! (A raison de UN gros cake par personne !) Et le lendemain pensez à votre « poisson-haricots verts-thé vert à volonté » (bah quoi c’est bon le poisson!) que vous avalerez avec une pointe d’agacement…