Féminité du bois (ou d’ailleurs)

feminitedubois_nanikaa  Depuis que je tiens ce blog j’ai souvent parlé de parfum. Un de mes rêves d’enfant était de devenir nez, les fragrances prennent de ce fait beaucoup de place dans ma vie.

On va dire que je sais à présent identifier deux familles de parfums qui me plaisent, me correspondent. Six mois de l’année, ce sont ceux à base de fleur d’oranger ou d’hespéridés, comme la douce et agrumée Eau d’Hadrien (d’Annick Goutal), qui vont trôner dans ma salle de bains. J’ajoute Neroli 36 du Labo qui a beaucoup d’importance dans ma vie. Et puis il y a Néroli de Goutal (qui je crois n’existe plus et remplacée par une cologne), et les eaux de Bonton et Bonpoint.

Les six autres mois, j’ai besoin de réconfort. C’est le bois de santal, le cèdre, ou parfois le musc réchauffant qui vont remplir cette tâche. J’ai longtemps porté Tam Dao, mais le jour où je l’ai découvert sur un ami, il m’a déplu. Je l’ai trouvé trop masculin soudainement.

C’est donc avec évidence que je l’ai échangé contre Féminité du bois. Je connaissais car en 1992 ou 93 quand il est sorti, la maman d’une amie le portait. Son nom bien choisi était là pour pallier à ce qui manquait dans Tam Dao, apporté alors par des notes fruitées (pêche, prune, orange) et fleuries (rose, violette, oranger).

Je l’ai cherché chez Shiseido, mais en vain. J’ai appris alors qu’il avait été repris par Serge Lutens, son créateur. J’étais déçue je voulais posséder le flacon prune que j’avais connu dans la salle de bains de la mère de cette amie.

Il m’est arrivé en moins de six mois de renverser et casser en mille minuscules morceaux deux fois mon tout neuf flacon de Lutens. J’ai bien cru que Féminité du bois ne voulait pas de moi, c’était un signe qui se répétait.

Enceinte j’ai du faire une croix sur cette odeur au risque de passer des journées avec nausée extrême et maux de tête intenses que le paracétamol n’apaisaient pas.

Plus tard après la naissance de N. je retestais, le dimanche pour plus de confort si jamais une terrible migraine pointerait son nez, un pschit. Non non et non. Ce parfum me manquait mais je ne le supportais plus. J’ai laissé le temps faire. Et ce jour arriva où j’ai pu reporter Féminité du bois sans tourner de l’œil. Une joie immense. Un réconfort.

La fin de l’été rime depuis deux ans avec la reprise de ce délicat parfum. Il est bourré de cèdre et de bois de santal.  J’aimerais que vous puissiez le sentir en même temps que vous lisez ces lignes. Il est rond, mais puissant aussi. Ça sent les sous-bois, peut-être même un brin d’humidité, mais il y a une très grande chaleur qui s’en dégage aussi. J’aime l’automne et l’hiver pour m’emmitoufler le cou de mes écharpes et autres foulards parfumés de ce jus. Je n’ai rien trouvé de mieux que ce soutien parfumé le matin quand il faut affronter la grisaille et le froid.

Parfois je fais ma Marylin et m’endors avec une petite vaporisation sur le poignet, je sais que je vais alors faire une bonne nuit. Un parfum doudou.

Parfois j’aimerais connaître une alternative comme j’ai connu Tam Dao jadis, découvrir un jus qui reprennent les mêmes notes mais qui soit juste légèrement différent mais je ne prends pas le temps.

En attendant, de passage à la boutique du Palais Royal j’ai testé Bois et Muscs. Peut-être une alternative ?

J’ai également commandé l’ensemble de la collection de Serge Lutens en concrète, en espérant trouver le graal.

Si vous connaissez Féminité du bois, peut-être en avez-vous à me conseiller aux sillages similaires ?feminitedubois_nanikaa-2feminitedubois_nanikaa-3

Yuzuka (ou le Paradis japonais à Paris)

YuzukaYuzuka-6yuzuka-8yuzuka-9Yuzuka-5yuzuka-7Yuzuka-3

Yuzuka j’en avais souvent lu du bien. Et j’avais écouté aussi quand Marie (elle se reconnaitra) m’avait parlé aussi de ce salon de massage japonais lors d’une discussion sur le Japon et le yuzu, cet agrume de là-bas tellement divin. Le temps m’a manqué, mais après des mois, j’ai enfin pris mon téléphone pour nous offrir à moi et mon amoureux, une heure de détente.

Le paradis. Je ne parle pas que de la déco et du motif traditionnel de l’asanoha (麻の葉 = feuille de chanvre) repris aux murs et un peu partout. (Même que j’ai voulu repartir avec tous les miroirs en rotin en les voyant hiiiiii !)  mais de l’accueil, de la finesse du massage, de l’environnement. Le design du lieu est signé Amandine Buisson.

On nous a laissé choisir l’huile qui correspondait le plus à nos besoins du moments : Hinoki (cyprès japonais) pour moi, parfait pour mes préoccupations au niveau des tensions des cervicales, Yuzu pour lui. Sinon, c’était Gardénia ou Ponkan (clémentine japonaise).
Une fois au sous-sol, idem choix de quatre musiques qui invitent à la détente : piano, jazz, classique ou nature. Et là, la magie opère. Une heure de massage lymphatique. Un pur délice de quiétude. Et puis je ne sais pas, mais les yeux fermés, loin dans mes pensées les plus apaisantes, je me suis remémorée le Japon et le (très) peu que j’en connais. Même atmosphère douce, gentillesse des gens, en l’occurrence là de la douceur de la masseuse. {D’ailleurs ça me fait penser qu’il faudra un jour que je revienne ici sur ce voyage fait il y a déjà deux ans à Okinawa…} Tout ça pour dire que j’ai juste envie d’y aller chaque semaine ! On est loin des clichés des salons de massage qu’on connait. Yuzuka est un lieu unique. Courrez-y ! Et puis, il faut savoir que c’est ouvert 7 jours sur 7 (qui n’a jamais eu envie de se faire masser un dimanche gris et pluvieux ?), le soir jusqu’à 21h, des formules massages + bento sont proposées, et qu’ils offrent aussi leur expertise en massage Shiatsu (sur ma to-do list pour la prochaine fois).

Yuzuka
62 Avenue Bosquet,
75007 Paris
09 83 93 83 41

Yuzuka-4

Mes essentiels beauté pour bébé {giveaway}

baby-selections-1

Après plus de 19 mois de nouvelle vie en tant que maman, et la beauté étant (un peu) mon dada, j’ai passé en revue plusieurs soins et marques pour ma fille, et je pense avoir trouvé mes chouchous.

D’abord le liniment. C’est le Cattier qui gagne haut la main car j’aime sa composition et son conditionnement : un flacon pompe ! Pourquoi donc aucune autre marque n’en propose ? Beurre de coco et huile d’amande douce, que de bons ingrédients bios et doux pour les fesses de ma chérie.

Côté bain, c’est sur les conseils de Katia que je suis partie en quête de ce Gel Bulle Douceur Sanoflore. Et j’en ai eu du mal à mettre la main dessus, car il est tout bonnement introuvable en pharmacie, c’est donc sur une para en ligne que je l’ai trouvé. Il est au bourgeon de cassis, et il sent bon le bonbon. Son odeur, divine, change vraiment des produits aux odeurs typiques de bébé, du coup ça fait un vrai changement et un prétexte pour faire encore plus de bisous à ma fille quand elle sort du bain vu qu’elle sent le petit bonbon fruité !

Weleda vient de sortir une huile de toilette au calendula bio. J’avoue n’avoir jamais vu ce type de produit dans les marques baby, j’étais donc ravie de l’essayer et pas dubitative du tout car j’aime les huiles ! Le geste est simple, on verse quelques gouttes sur un coton pour nettoyer le visage, le corps ou les fesses de l’enfant. Et c’est tout, on ne rince pas, comme ça la peau bénéficie des bienfaits de l’huile de sésame. Je ne l’ai utilisé que sur le visage et j’ai beaucoup aimé ce nouveau geste de tous les jours. Néanmoins, certaines mamans n’aimeront peut-être pas ce produit car ça laisse un film un peu gras sur la peau, mais moi qui n’hydrate jamais la peau de ma fille (oui c’est mal, je sais, je ne suis pas parfaite), au contraire je trouve sa peau plus douce depuis.

En parlant d’huile, j’aime masser ma fille. Les pieds, les mains, les bras, les jambes. Depuis qu’elle est toute petite on a des petits moments cocoon de temps à autre, elle adore ça. J’ai essayé pas mal d’huiles différentes, et c’est la Mustela que je préfère, pas trop grasse mais assez pour masser sans agresser. Hydratante, je l’utilise aussi pour moi. L’odeur est l’odeur propre à Mustela, mais en très léger, donc très agréable.

Toujours chez Mustela, l’Eau pour la toilette j’étais dingue de son odeur avant même d’être maman. J’en parlais déjà ici en 2011.Il n’y a rien de mieux que cette eau pour se rafraîchir quand les températures s’élèvent un peu trop.

Du coup, c’est justement cette eau que je tenais à vous offrir aujourd’hui.

Pour que vous la découvriez, pour vous ou votre bébé, et aussi pour me faire un peu pardonner mon absence plus ou moins longue de ces derniers mois…

Pour ça, vous me laissez un petit commentaire en indiquant votre produit must have de l’été, (pour vous ou votre bébé), je suis avide de nouveautés beauté, faites-moi donc découvrir vos produits fétiches ! Tirage au sort  la semaine prochaine.

baby-selections-3 baby-selections-4baby-selections-2

EDIT : c’est Céline qui a été tiré au sort, merci de m’envoyer tes coordonnées postales !

Parfum d’une vie {Concours Le Labo}

neroli_labo

L’hiver a été long. Très long. Rien ne m’a plus rempli de joie que de profiter des premiers arbres en fleurs dès que le soleil a commencé a pointé son nez. L’appareil-photo sous le bras, faire une balade dans le quartier pour capturer ces moments colorés et odorants. Magnolia, mon amour visuel. Rentrer les bras chargés de pivoines et de tardif mimosa pour son odeur doucement entêtante tant aimée, et remplir l’appartement de couleurs, de délicatesse, de fraîcheur.

Toutes ces odeurs fleuries, ces moments printaniers sont réunis dans un seul parfum : Néroli 36 du Labo. Néroli, mon amour tout court. Je jalouse ceux qui ont des orangers dans leur jardin et qui peuvent profiter des chaudes effluves de leurs fleurs chaque jour. Complètement addict à la fleur d’oranger et de cette fragrance (depuis ce billet) qui était un bonus dans ma commande d’échantillons. Joli hasard. Elle me rappelle les vacances de cet été 2011, un pschitt après la douche du soir qui efface plage, sable et crème solaire. L’odeur de la chère fleur d’oranger que j’aime tant mais qui est dans ce jus très personnelle, très différente des odeurs de néroli qu’on en connaît habituellement, très solaire, très féminine et sensuelle car légèrement musquée. Et puis elle me rappelle, le jour où, lasse et enfin débarrassée des nausées de la grossesse, j’ai enfin pu me reparfumer avec. Quel bonheur. C’est le parfum qui m’a alors accompagné pendant ces derniers 6 mois de cette période de ma vie, puis à la maternité dans ma trousse de toilette, pour la naissance… et toujours depuis. C’est le parfum que ma fille sent chaque jour quand je glisse son visage dans mon cou pour la réveiller le matin. C’est le parfum qui réunit tous les souvenirs de son premier printemps. Le parfum d’une vie.

Et parce que je suis curieuse, j’ai une question : vous, quelle est votre odeur préféré ? Tentez votre chance…
Le Labo vous permet de gagner votre parfum désiré (Flacon de 50 ml issu de la collection classique avec personnalisation de l’étiquette de 23 caractères maximum espaces inclus).

POUR PARTICIPER AU CONCOURS ET GAGNEZ VOTRE PARFUM DÉSIRÉ DU LABO :
1/ Rendez vous sur le site http://storefr.lelabofragrances.com. Flânez, découvrez, ou redécouvrez les créations toutes aussi uniques du Labo.

2/ Laissez un commentaire sous ce billet pour partager et évoquez en quelques lignes votre odeur préférée, laissez libre cours à votre imagination, et faites nous rêver, quelles émotions cela vous procurent, quels souvenirs cela vous rappellent… Vous avez carte blanche !

3/ Vous avez jusqu’au dimanche 26 mai minuit pour participer.
L’auteur de l’histoire qui nous aura la plus séduite gagnera le flacon de parfum Le Labo de son choix.
Ylang 49 et Lys 41 viendront d’ailleurs le 8 juin rejoindre la grande famille des exquises créations du Labo.

N’hésitez pas à passer à la boutique parisienne, 6 rue Bourbon le Château, 75006 Paris, pour vous faire une idée du parfum qui vous plairait : l’endroit est magnifique !

Bonne chance !

neroli_labo2

neroli_labo3

neroli_labo4

neroli_labo5

EDIT : Merci à toutes pour vos très jolies histoires autour des odeurs et des parfums empreints de beaux souvenirs, on pourrait en parler pendant des heures tellement le sujet est passionnant. Et c’est à l’unanimité (avec les gentils gens du Labo et moi-même) le commentaire de Mzelle-Fraise avec ses souvenirs d’enfance et son étonnante odeur de papier que nous choisissons et qui gagne le parfum de son choix. Bravo (et belle plume !). Envoie  moi un mail pour les détails, merci.

1 | 2 | 3 | 4 | 9 |