En route vers le 66

J’avais lu avec intérêt l’article de Géraldine sur le 66, le nouveau temple fashion du 8e arrondissement. Et il faut le crier haut et fort, dans le quartier, niveau mode on s’ennuie un peu et on a surtout très vite fait le tour.
J’ai donc emmené mon homme pour une petite balade sous le signe des multimarques.
Alors pour y aller c’est fastoche, c’est écrit en énorme « 66 » et surtout, à l’entrée de cette galerie des Champs, un monsieur en habit traditionnel indien (mention spéciale pour les plumes de son chapeau) se tient, et tente de vous guider vers le restaurant pour lequel il travaille, La Rose du Kashmir, qui se trouve au fond de la galerie.
Quelques pas plus loin, on y arrive. Et là, 1600 m2 s’offrent à nous.
Le premier espace regorge d’objets vintage mais est un peu fouillis à mon goût, et il suffit de tourner une étiquette d’une petite pochette très 60’s, pour y voir « Kiliwatch » écrit. Et ça, sur pratiquement tous les accessoires de ce premier espace. Le décalage est juste assez étrange. Ici, c’est cages en verre, du noir et encore du noir, ambiance un peu loft avec les gros tuyaux apparents. Comment ça, ça se voit que je ne suis pas fan de la décoration architecturale du lieu ?
Aller au 66, c’est un vrai parcours, un peu comme chez Ikea quand ils vous font passer par les canapés pour atteindre le rayon cuisine… De la même manière, on quitte donc le rayon vintage pour entrer dans celui de l’homme. Mon mec était content comme tout, de la basket hype (Rudolf Dassler Shuhfabrik vous connaissiez ? nous pas, alors que pour info, Rudolf, c’est le créateur de Puma, son frère Adolf, lui a créé Adidas), du tshirt hype (Obey…), des bagages Puma hype et un vendeur souriant et pas prétentieux pour un clou ! Bon point.
Ensuite, le périple continue avec l’espace femme (et encore un peu d’homme aussi) !! Yeahhh ! Vingt-cinq fois plus grand (j’exagère à peine) ! Et on se promène, et on regarde, et on touche. Du Iro, Ba&sh, Antik Batik, American retro, Ch. Ind, Zoe Tee’s et tout un tas de marques dont je n’avais jamais entendu parler auparavant.
Côté accessoires : Christiansen, Abaco (Abaco deviendrait-il « in » ?), Louison, Jack Gomme (un revival encore ?)…

© Shoji Fujii
Le rayon chaussures

Peu de choses (alors que je lis sur le site « l’offre chaussure propose 400 modèles de souliers« ). Passons. Sauf que mon regard se pose sur des magnifiques low-boots et autres bottes. Encore une fois jamais entendu parler de cette marque. Dico Copenhagen. Elles me rappellent la paire de Zara grise que j’ai acheté l’hiver dernier. Et wow, la fameuse paire rouge dont Géraldine parlait. Elles en jettent, rien à dire.


Plus je me balade et plus je trouve que cet endroit me rappelle feu Le shop au niveau de la déco. J’ai du faire 2 fois le tour et encore je ne suis pas sûre d’avoir tout vu en détails.
Les bijoux sont eux aussi assez bien sélectionné : Medecine douce, Lyie Van Rycke, Polder
J’aurais bien ajouté ceux d’Isabel Marant à leur sélection, que j’affectionne beaucoup (trop), tant pis.
Encore une fois, une vendeuse hypra cool, look tout droit sorti du Sartorialist (d’ailleurs, jolie vendeuse du 66 si tu me lis, quelle était la marque de tes magnifiques créoles dorées et en bois ?? j’ai craqué !) Je l’ai un peu embêtée car je savais qu’ils avaient aussi des pièces de chez Matières à réflexion. Elles n’étaient pas encore installées (ou déjà vendues ?) alors cette gentille vendeuse n’a pas rechigné à me sortir toutes celles qu’ils avaient en leur possession. Continuant notre visite, mon mec a alors craqué sur un de leurs magnifiques sacs : cuir d’une qualité extrême, zéro défauts, doublage très costaud, dimensions adaptées spécialement pour lui… Il a hésité longtemps « je le prends, je le prends pas, tu en penses quoi, il est canon hein ? « , mais il a juste fallut que je lui rappelle que sa paie n’avait pas encore virée sur son compte pour que la décision soit prise ! Il reviendra plus tard.
Après ces moults hésitations, nous voilà remontés, dans l’espace dit « culturel » (quoi, la mode c’est pas de la culture ? Ah zut, je croyais.) avec une sélection d’OFR (mais si vous savez la librairie-éditeur hyper pointue du 10e)
Livres, magazines, dvd (le grand « Buffalo 66 » qui est un de mes films préférés), un peu de tout donc et surtout, j’ai fondu devant les Mouflettes : des moufles colorées en laine polaire, avec des personnages dessinés super drôles : la moufflette chic, celle à vélo, à Las Vegas, en prison etc… (Pensez-y à Noël pour les -grands- enfants) Moi, ça m’a fait hurler de rire en tout cas !

Bilan de cette promenade : je suis plus emballée que Géraldine qui n’était pas hyper « convaincue », moi je le suis à fond car le concept de ce genre de boutiques, (un peu comme les fameux « concept store ») m’a toujours plu et ça change tellement de l’ambiance du quartier. Et puis, à mes yeux, le point hyper positif, c’est que toutes les vendeuses et vendeurs que j’ai croisés étaient hyper souriants, chaleureux, et ça, ça change des endroits insupportables à la « je me la pète » où je ne mets plus les pieds.
Après on aime, on aime pas, mais au moins il y a du choix, c’est vaste : pour moi ça vaut largement le détour.

(Bon, ok je dis ça parce que j’habite pas loin, mais aussi parce que ça change de l’éternel Drugstore !)

66 Champs Elysées, 75008 Paris
33 (0) 1 53 53 33 80
M° Franklin-Roosevelt

http://le66.fr/

(ouvert le dimanche)
http://le66.fr/

1 Comment

  1. nanikaa » Noel Opus IV 16 décembre 2007

    […] 8 • Les bottes (ou bottines) Dico que tu as déjà vues au 66 avec […]

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>