ode à ma coiffeuse

Le soleil brillant, envie de terrasses, de hauts légers, de jambes dévoilées, de changement pour célébrer ce week-end qui s’annonce chaud et printanier, je m’empresse d’appeler le salon de coiffure où je vais depuis bientôt quatre ans.
Pour la 1re fois de ma vie, quand je sortais de ce salon, je ne pleurais pas, je ne m’enfermais pas pendant 3 jours, de crainte d’affronter le regard des autres, je ne rentrais pas chez moi en courant, le regard baissé à éviter les devantures des magasins de peur de croiser ma nouvelle image, pour finalement me ruer sous la douche et me recoiffer en ressortant les ciseaux : le cauchemar était enfin fini, j’avais trouvé MA coiffeuse.
On se ressemblait un peu physiquement, petit bout de femme, même forme de visage, même style vestimentaire aussi, du coup quand je ne savais pas ce que je voulais faire, elle m’inspirait ! C’était si simple !

Retour à la réalité : j’appelle. Et là, horreur, mon enthousiasme s’efface : elle est partie. J’ai osé demander où elle était à présent. Ils n’étaient pas sûrs. M’ont donné une vague adresse, à l’autre bout de Paris. Je suis triste. J’ai perdu ma coiffeuse !

Et mes cheveux, sacrés comme ils sont, je ne les confie pas facilement à n’importe qui. Du coup, une copine a joué à Sherlock Holmes pour moi et ma coiffeuse en question est bien dans le salon dévoilé. Tant pis, je passerai une heure dans le métro dorénavant mais je ne veux pas la lâcher ! Et vous vous avez quelles relation avec votre coiffeur(se) ? Vous seriez prêtes à la suivre comme je fais ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>